mercredi 16 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Le voyage est terminé

Le bilan

Le voyage d’une durée de trois semaines est maintenant derrière moi. Un souvenir inoubliable. Une expérience unique.

La météo a été exceptionnellement favorable. Le soleil était presque tous les jours au rendez-vous. Une demi-journée de pluie à l’exception du dernier jour où j’ai subis des orages en Allemagne et en Suisse.

Ce n’est pas un voyage destiné au motard amoureux d’une conduite sportive, les vitesses sont limitées et surtout leur dépassement est fortement sanctionné. Il s’agit d’un voyage destiné au motard amoureux de la nature et des grands espaces et qui a un certain goût pour l’aventure.

J’ai particulièrement apprécié les Routes des Aigles et des Trolls ainsi que les îles Lofoten pour la beauté des paysages, l’ascension finale au Cap Nord est impressionnante et ne peut laisser personne indifférent, la Laponie suédoise procure un sentiment de solitude unique engendré par des distances énorme dépourvues d’habitation.

Beaucoup de superbes régions ont été traversées. A relever la Norvège centrale dite des Fjords ainsi que le Finnmark, la première pour sa beauté et la seconde pour son étrangeté.
J’ai particulièrement aimé les villes étapes de Odense au Danemark, de Kragero et de Hjelle en Norvège et de Arvidsjaur et Askersund en Suède.

J’ai eu beaucoup de plaisir à parcourir la boucle en remontant la Norvège en premier. La progression s’effectuait par petites étapes qui  m’ont permis de profiter au maximum de la montée vers le nord. Chaque jour, moins de monde et une nature devenant de plus en plus étrange. L’arrivée au Cap Nord avait presque quelque chose de « lunaire ».

Une fois l’objectif atteint, je craignais un retour laborieux, mais au contraire j’ai eu beaucoup de plaisir à descendre la Suède. Trois jours dans des régions inhabitées n’a rien eu de monotone. Au contraire, je me suis sentis agressé lorsque j’ai retrouvé des régions plus peuplées.

Lors de mes compte-rendu journaliers j’ai très peu parlé des contacts humains. En fait, ceux-ci ont été réduits au minimum. Les scandinaves sont des gens très courtois mais très réservés, ce qui réduis d’autant l’opportunité de rencontres. J’ai bavardé avec quelques motards rencontrés sur un ferry mais rien que de très banal.

Lors du voyage je n’ai pas vu d’élan. Heureusement aucun ours non plus, le touriste japonais qui était sortis de son véhicule pour en photographier un et qui a fini dans l’estomac de l’ursidé est encore dans toutes les mémoires. Par contre, quelques moutons et beaucoup de troupeaux de rennes sur les routes. Ces rencontres insolites nous montrent que nous sommes vraiment au bout du monde.

Si c’était à refaire et quelques conseils

Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. Voici quelques commentaires qui peuvent être utiles à ceux qui entreprendront ce voyage après moi.

La durée du voyage dépend évidemment des contraintes de chacun. Personnellement, je trouve que trois semaines est la bonne durée, moins cela nécessite des étapes plus longues et plus peut provoquer une lassitude, surtout si on entreprend ce voyage seul comme moi.

Je dors très mal dans les hytters, Celui de Asen ne fournis pas de literie et l’hygiène y est douteuse. A éviter également le « trou à rats » que j’ai occupé à Bergen, je ne devais pas être à jeun lorsque j’ai procédé à cette réservation. Je n’ai guère apprécié le relogement forcé dans une autre ville par l’hôtel St Svithun de Stavanger. Ces trois hébergements sont donc à éviter.

J’avais déjà procédé à la réservation de mon hytter à Ballstad située sur une île des Lofoten lorsque j’ai eu la confirmation que le ferry quittait le port le matin et non pas l’après-midi. Il est souhaitable de choisir une ville étape plus éloignée du port de Moskeness ainsi le lendemain on dispose de plus de temps pour visiter ces merveilleuses îles.

Sinon pour le reste je referais ce voyage à l’identique. Je conseille le détour que j’ai effectué pour visiter Hammerfest, la ville elle-même et la route pour y accéder justifient à mes yeux le détour (environ 100 km aller-retour).

Tout s’est très bien passé, heureusement aucun incident à signaler. Cependant, il faut être conscient que nous visitons des régions dépeuplées et inhospitalières. Une panne peut très vite transformer un merveilleux voyage en enfer. Je conseille donc de partir à deux motos si c’est possible. 
J'ai eu l'occasion d'évoquer ce sujet avec Eric, qui a effectué ce voyage en 2013 (Le blog d'Eric), et qui ne partage pas du tout mon appréhension.
Jean-Gilles est tombé en panne lors de son voyage, voici le récit de sa panne.

J’ai mentionné dans l’un de mes compte-rendu journalier la discipline que je m’étais fixée pour le ravitaillement de la moto. Si on dispose d’une moto avec moins d’autonomie, il ne faut pas hésiter à déjà prévoir les lieux de ravitaillement lors de la constitution de l’itinéraire.

L’équipement doit couvrir toute la palette, c’est-à-dire de la tenue d’été (32 degré à Copenhague) à l’équipement d’hiver (heureusement peu utilisé) sans oublier la tenue mi saison.

La Norvège est plus chère que la Suisse, notamment la nourriture, le budget doit être prévu en conséquence.

Je conseille de procéder aux réservations à l’avance. Au nord les distances entre deux hébergements peuvent être considérables et nous prenons le risque de trouver un établissement déjà complet.

Pour l’étape de la Route des Aigles et des Trolls il est utile de prévoir un itinéraire de remplacement au cas où les cols sont fermés pour cause d’enneigement (précaution que je n’avais pas prise). La dernière ascension au cap Nord est, elle aussi, aléatoire. La réceptionniste de mon hôtel m’a dit que deux semaines avant mon passage la route était fermée à cause de la neige.  Mais évidemment dans ce cas aucun plan B n'est possible, il ne reste que les yeux pour pleurer.

Je voulais réaliser ce voyage de bout en bout, raison pour laquelle je n’ai pas profité de l’opportunité de mettre ma moto sur le train. Cette opportunité reste une excellente option pour éviter la traversée de l’Allemagne qui est longue et sans intérêt. 

dimanche 13 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Le compte-rendu quotidien

Chaque jour, dans la mesure du possible (si Wi-Fi disponible), le descriptif de l’étape du jour sera enrichi d’un compte-rendu et des photos prises durant la journée. Les vidéos quant à elles ne seront ajoutées qu’après mon retour.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers les étapes déjà effectuées.












NB: Les liens vers les articles des étapes 12 à 22 se trouvent au bas de la page après le bilan ci-dessous

Mi-parcours – Le bilan


Onze étapes sont déjà derrière moi. Que le temps passe vite ! Il est déjà temps de dresser un premier bilan de ce superbe voyage.

Météo

La météo a été des plus favorables. Une seule journée fraîche sous un ciel couvert. Je suis conscient d’avoir eu de la chance et que cela est pour beaucoup dans la réussite et la joie que j’ai éprouvée durant ce voyage.

Nature

La nature est exceptionnelle. Tellement différente de celle que nous connaissons chez nous. Plus nous montons au nord et plus elle est préservée et sauvage. Nous avons cette sensation que la nature n’est là que pour nous seuls. Nous sommes immergés la journée entière dans la forêt qui ne disparaît que pour nous permettre de découvrir de merveilleux petits lacs ou des fjords aux rives découpées. Que c’est beau !

Les plus belles villes étapes

Sans hésiter Le petit village de Kragero en bord de mer et Hjelle, petit village au bord d’un merveilleux lac entouré de montagnes. J’ai beaucoup aimé Odense au Danemark et Bergen avec sa grande place animée.

Moto

Beaucoup trop d’autoroutes les premiers jours mais à partir de Bergen, nous progressons sur des routes nationales souvent sinueuses à souhait qui font le bonheur du motard passionné que je suis.

J’ai eu la chance de parcourir la Route des Aigles et des Trolls sous un soleil radieux. Un souvenir inoubliable !

A mentionner une panne d'alimentation du GPS lors de la 11ème étape, vite réparée à l’agence BMW de Bodø.

Santé

samedi 12 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Etape 22 - Göttingen à Vevey

Göttingen à Vevey  (728 km) - Samedi 12 juillet 2014

Göttingen (+) - Frankfurt - Mannheim - Karlsruhe - (DE/ CH) - Basel - Bern - Fribourg - Vevey


Points forts de l’étape


Une très longue étape, toute en autoroute, pour terminer le voyage. L'état des pneus est déterminant pour le choix de la vitesse sur les autoroutes allemandes.

L'itinéraire

Fichier GPS
Feuille de route
Feuille de route détaillée


Compte-rendu


Dernière étape de ce fabuleux voyage. Une circulation plus fluide qu'hier sur l'autoroute allemande, par contre j'ai essuyé deux violents orages durant lesquels tout le monde roulait à 50 km/h par manque de visibilité. J'ai encore essuyé un dernier orage peu avant mon arrivée à Vevey. J'aurais eu plus de pluie le dernier jour que durant tout le reste de mon périple.

La dernière heure de route a été très émouvante. J'ai roulé à faible allure de manière à pouvoir relâcher mon attention et ainsi pouvoir repasser une partie de mon voyage dans ma tête. Des moments inoubliables, comme les Routes des Aigles et des Trolls, les îles Lofoten, l'ascension finale pour arriver au Cap Nord ou encore la Laponie suédoise inhabitée et à la nature vierge et sauvage. Plusieurs sentiments s'entrechocs dans mon esprit, l'impatience de revoir ma famille, le soulagement que tout ce soit passé sans incident, la fierté d'avoir réalisé seul ce périple dans des contrées lointaines et inhospitalières.

Ma photo


17375 km au compteur 
au départ le compteur affichait 7801 km
9574 km ont donc été parcouru

Photos d'autrui


Campagne allemande

Le Lavaux (Vaud)

Vevey

vendredi 11 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Etape 21 - København à Göttingen

København à Göttingen  (760 km) - Vendredi 11 juillet 2014

København (+) - (DK / DE) - Lübeck - Hamburg - Hannover - Göttingen (+)


Points forts de l'étape


La plus longue étape, en temps et en km, du périple. On quitte la Scandinavie par un dernier trajet en ferry, puis un long parcours tout en autoroute pour arriver à Göttingen (+).

L'itinéraire



Fichier GPS
Feuille de route
Feuille de route détaillée
Hôtel


Compte-rendu


J'ai repassé aujourd'hui le fameux pont reliant entre-elles les îles de Fionie et celle de Sjaelland que j'avais traversé à l'allé et qui m'avait tant impressionné. J'ai vu tellement de belles choses ces trois dernières semaines que je dois être blasé. Bien que l'ouvrage impressionne, je n'ai pas ressenti la moindre émotion en le traversant aujourd'hui.

Plus tard dans la matinée j'ai emprunté le dernier ferry de ce magnifique voyage. J'ai manqué l'embarquement précédent et j'ai donc dû attendre 45 mn pour le suivant. Pas de chance, avec la longue journée qui m'attend!

En fait, pas si longue que ça. Je me suis rendu compte, chemin faisant, que je m'étais trompé dans la définition de mon itinéraire. Ce n'est plus 760 km que je dois parcourir mais seulement 600.
Heureusement, car l'autoroute allemande était infernale aujourd'hui. Un trafic énorme où tout le monde se "tire la bourre", comme on dit chez nous, et ensuite tout le monde au pas à cause d'un bouchon. On se tire la bourre à nouveau puis un nouveau bouchon. Ainsi de suite pendant des centaines de km. Finalement, la moyenne horaire est bien inférieure à celle réalisée sur les autoroutes scandinaves dont la vitesse maximum est bien inférieure.

Mon hôtel est situé à la périphérie de Göttingen, donc pas de visite de la ville.


Mes photos





Photos d'autrui



 L'île de Fehmarn

Le pont reliant l'île de Fehmarn au continent

 Göttingen

Göttingen

jeudi 10 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Etape 20 - Askersund à København

Askersund à København  (448 km) - Jeudi 10 juillet 2014

Askersund - Huskvarna - Värnamo - Markaryd - (SW / DK) - København (+)


Points forts de l'étape


On traverse le sud de la Suède. Toujours autant de lacs mais la région est plus peuplée. Un ferry nous permet de rejoindre le Danemark. La capitale København (+) est toute proche. L'hôtel est situé au centre ville ce qui facilite la visite de la ville.

L'itinéraire

Fichier GPS
Feuille de route
Feuille de route détaillée
Hôtel

Compte-rendu


Une étape pas très longue et presque toute parcourue sur autoroute sous un soleil radieux et une température estivale.

L'intérêt de cette étape réside dans la visite de Copenhague. J'avais déjà visité cette ville dans ma jeunesse et j'en avais gardé un excellent souvenir. Les rues piétonnes, que nous ne connaissions pas encore en Suisse m'avaient favorablement impressionné.

Aujourd'hui, j'ai retrouvé ces rues piétonnes, mais elles n'ont plus l'attrait de la nouveauté, ni le charme que je leur avaient trouvé jadis. Ce qui m'a impressionné aujourd'hui est l'utilisation très répandue du vélo pour se déplacer en ville. Apparemment c'est le moyen de transport urbain adopté par la majorité de ses habitants. Ce qui confirme ce que j'avais observé à Odense.

Les canaux de la ville sont très jolis et leurs quais très animés en cette belle et chaude soirée de juillet.


Mes photos

Copenhague - Paradis du vélo


Une rue piétonne au centre-ville



Un canal parmi d'autres



Sur les rives d'un canal

Photos d'autrui


Huskvarna

Värnamo

 København

 København

 København

mercredi 9 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Etape 19 - Åsarna à Askersund

Åsarna à Askersund  (552 km) - Mercredi 9 juillet 2014

Åsarna - Sveg - Orsa - Borlänge - Storå - Askersund


Points forts de l'étape


Une étape semblables aux deux précédentes. Même si les régions traversées sont toujours peu peuplées, de nombreux lacs égaillent le parcours. Les conifères dominent toujours mais commencent à céder la places aux bouleaux. 

L'itinéraire



L'Itinéraire sur Google Maps
Fichier GPS
Feuille de route
Feuille de route détaillée
Hôtel


Le compte-rendu


La première partie de la journée s'est passée dans une région à nouveau très peu peuplée. J'ai retrouvé l'ambiance absolument unique que j'avais tant apprécié plus au nord de la Suède.

Tout c'est gâté l'après-midi où la civilisation était de retour. Des limitations de vitesses revues à la baisse, de nombreuses agglomérations traversées. Cette région est trop peuplée pour que l'on profite d'une nature encore sauvage et d'une circulation fluide et pas assez pour qu'on y construise des autoroutes.  

Autant j'ai profité des belles routes traversant de superbes forets le matin autant je me suis ennuyé l'après-midi.

La soirée par contre a été parfaite. Askersund, est une merveilleuse petite ville au bord d'un lac, avec une rue centrale pavée et un très charmant petit port de plaisance. J'y ai mangé délicieusement bien, à l'ombre d'une terrasse au bord de l'eau. Bien que le soleil était encore haut, la température était néanmoins redescendue sous les 30 degré. 


Ma vidéo



Mes photos



La route E45



Vue sur un des nombreux lacs situés sur le parcours

Askersund








Photos d'autrui


 Ratvik

Ratvik

 Route 45

 Askersund

 Askersund

mardi 8 juillet 2014

Cap Nord 2014 - Etape 18 - Arvidsjaur à Åsarna

Arvidsjaur à Åsarna  (527 km) - Mardi 8 juillet 2014

Arvidsjaur - Sorsele - Lövliden - Strömsund - Österasen - Östersund - Åsarna


Points forts de l'étape


la descente vers le sud se poursuit en suivant toujours la voie E45. Encore une journée qui traverse des régions très peu peuplées, seule Östersund compte plus de 50 000 habitants. Quelques lacs rompent la monotonie du paysage.

L'itinéraire




L'Itinéraire sur Google Map
Fichier GPS
Feuille de route
Feuille de route détaillée
Hôtel


Compte-rendu


Une journée semblable à la précédente.

Les conditions météos sont semblable, il fait même un peu plus chaud. La végétation est la même, si ce n'est que la forêt semble plus dense et les sapins plus hauts. Le matin toujours aussi peu de véhicules sur les routes. Les motards que j'ai croisé se comptent sur les doigts d'une main.

Aujourd'hui j'ai vécu la première frayeur de ce voyage. J'étais un peu distrait, lorsque j'ai vu surgir sur ma gauche un renne traversant la chaussée à toute vitesse, sans doute effrayé. Je n'ai pas eu le temps de réagir qu'il est heureusement passé sans que je ne le heurte. Une question de centimètres. Mon pouls est monté à 120, il m'a fallu du temps pour que je reprenne mes esprits.

Après cet événement rien à signalé jusqu'à la mi-journée où j'ai observé que les agglomérations sont de plus en plus rapprochées, la circulation également s'est densifiée, les stations services sont moins rares.
La civilisation est de retour! Cette constatation m'a provoqué un pincement au cœur. En effet,cela signifie que mon voyage a pris fin. Il ne me reste plus qu'à effectuer le trajet de retour.

Aujourd'hui, une fois arrivé à l'hôtel, j'ai effectué une contrôle de la moto. Les pneumatiques sont déjà bien entamés. Il me reste environ 2500 km à parcourir, ils tiendront jusque là mais pas plus. J'ai dû ajouté quelques dl d'huile, rien de plus normal après plus de 7000 km parcourus.
J'ai omis de mentionné que ce matin avant mon départ en désespoir de cause, j'ai encore poussé une ultime fois le connecteur de mon GPS. Miracle, l'instrument fonctionne à nouveau.



Ma vidéo



Mes photos

Troupeau de rennes sur la route E45

Route E45


Vue de l'un des nombreux lacs bordant la route E45

Photos d'autrui


Un des nombreux lacs situés sur le parcours 

 Non loin de Strömsund

 Route 45

Østersund marina

Svenstavik